Prélèvement à la source



Le prélèvement à la source (PAS), comme son nom l’indique, consiste à retenir l’impôt sur les revenus avant que le bénéficiaire de ceux-ci les touche. C’est presque une tautologie mais dans la plupart des cas, les salariés n’auront plus à se préoccuper de l’impôt sur leur rémunération qu’ils toucheront désormais nette d’impôt.


L’introduction du PAS fait entrer le système fiscal français dans la modernité et présente cet avantage assez sain que les salariés toucheront à partir de janvier 2019 les sommes qu’ils pourront dépenser sans plus se soucier de régler ultérieurement les impôts correspondants. La gestion de la trésorerie de nombreux ménages devrait s’en voir simplifiée et probablement moins risquée. Toutefois, la perception de revenus d’autres natures compliquera la situation.


Simple dans son principe, le PAS va demander aux contribuables des efforts d’adaptation pendant sa mise en place et, c’est vraisemblable, au cours de l’année ou des deux ans qui vont la suivre. Ses conséquences ne sont, en effet, pas négligeables, pour ne citer que le choix du ou des taux de prélèvement et les ajustements à réaliser lors d’un changement de situation personnelle ou professionnelle.


2018, année de transition entre l’ancien et le nouveau système, a été qualifiée « d’année blanche ». En effet, le législateur, à la demande de l’exécutif a estimé qu’en 2019, les contribuables ne pouvaient s’acquitter à la fois de l’impôt sur les revenus de 2018 et sur ceux de 2019 prélevés à la source. De façon résumée, il a donc été décidé que les revenus de nature récurrente seraient, de fait, exonérés d’impôt sur le revenu. Cette exonération se faisant par le biais de la remise d’un crédit d’impôt égal à l’impôt qui aurait normalement dû être acquitté au titre des revenus perçus en 2018.



Télécharger l'intégralité de la brochure.

Recent Posts

Archive