Please reload

Recent Posts

Immobilier : en avoir ou pas

1 Nov 2010

 

Pour un ingénieur patrimonial, la question de la détention - ou de la vente - d'un bien immobilier, qui revient avec une régularité aussi pendulaire que fréquente, est l'une des plus fascinantes. Probablement parce qu'elle est l'une des plus difficiles. Mais aussi, c'est certain, parce que la possession immobilière s'accompagne presque toujours, pour le propriétaire ou l'aspirant propriétaire, d'une bonne dose d'irrationnel. C'est l'un des domaines où la froide raison de l'analyse financière cède le pas devant d'inquantifiables sentiments humains venus parfois du fond des âges.

 

Quand on interroge ceux qui sont affublés du qualificatif contemporain d'“accédant” à la propriété sur ce qui les a poussés à devenir propriétaires, ils citent instinctivement pour la plupart en premier lieu le besoin de se sentir chez soi... comme s'ils n'étaient pas chez eux dans un appartement en location protégés par la loi et la réglementation qui veillent sur le locataire.


Ensuite, ils expliquent avec une conviction profonde qu'il était temps d'arrêter « de jeter l'argent du loyer par la fenêtre » comme si cela avait jamais été le cas. D'ailleurs, personne n'a jamais vu, par aucune fenêtre, jaillir l'argent d'un loyer. 

 

Enfin, quelques rares parmi ces presque propriétaires mentionnent qu'un achat signifie, pour eux, la construction d'un patrimoine grâce à une sorte de mécanisme d'épargne forcée. Ces derniers ont raison car il est vrai que l'achat d'une maison, d'un appartement ou d'un pavillon a beaucoup en commun avec la constitution d'une épargne retraite et que le prélèvement régulier de la banque prêteuse au titre du crédit immobilier ayant financé l'achat ressemble étrangement à celui qu'opèrent l'état et ses satellites sur les paies pour régler les pensions de retraite.


Encore, la question « faut-il acheter ou louer ? » est-elle une question simple. Car nous sommes parfois amenés à donner notre avis - ou vendre nos conseils ! - sur des problèmes patrimoniaux à caractère immobilier où notre analyse se heurte à des émotions sans prix comme la nostalgie, l'amour du beau et aussi l'immodestie et le besoin de paraître. Il arrive que la mise en jeu de tels sentiments ne contrarie pas l'intérêt bien compris de notre interlocuteur.

 

 

Télécharger l'intégralité de la brochure.

 

 

 

Please reload

Please reload

Archive